Le propriétaire de Rhenus Lub nous présente les deux nouveautés mondiales « made in MG » et explique pourquoi le fabricant de lubrifiants se lance dans la production de machines. Il nous parle également du « Global Compact », l’initiative de Kofi Annan.

Monsieur Reiners, vous présenterez demain à la salon professionnel KSS de Stuttgart deux nouveautés mondiales « made in MG ». Quelles sont ces nouveautés ?

M. Max Reiners : Tout d’abord, nous avons développé « rhenus FU 800 », un lubrifiant réfrigérant nouvelle génération aux performances inégalées et qui plus est, exempt de substances nocives. La raison à cela est la mise en place, à compter du mois de juin, d’une nouvelle obligation de marquage beaucoup plus importante que les précédentes et qui concernera tous les produits chimiques. Or, notre nouveau lubrifiant réfrigérant ne contient ni amines, ni acide borique, ni formaldéhyde. De ce fait, il n’est donc pas soumis à la nouvelle réglementation. Ses opportunités de marché sont donc excellentes.

Et la seconde nouveauté ?

Max Reiners : La seconde nouveauté concerne un outil de diagnostic baptisé « Fluid Safe ». Il s’agit en quelque sorte d’un laboratoire de test mobile, qui mesure la teneur en bactéries lors de l’utilisation de lubrifiants réfrigérants et en informe aussitôt l’utilisateur. C’est quelque chose de tout à fait nouveau dans la branche. Jusqu’ici, il fallait prélever et envoyer des échantillons, ce qui naturellement prenait beaucoup de temps et occasionnait des pertes de production considérables. « FluidSafe » est un véritable modèle de réussite et la demande est déjà très élevée. Cinq années ont été nécessaires à sa mise au point. Toutefois, nous n’avons pas l’intention de le vendre mais simplement de le proposer en location.

Cela signifie-t-il que le secret cette « merveilleuse machine » doit être bien gardé ?

Max Reiners : Tout à fait. Le savoir-faire qui a présidé à sa fabrication est unique au monde et doit rester secret. Tout ce que je peux dire, c’est qu’elle est fabriquée par une entreprise de Mönchengladbach.

Fin 2014, vous avez contribué à la rénovation de l’aire de jeux Dahlener End. La « responsabilité sociale » est une tradition chez Rhenus. Que peut en attendre une entreprise ?

Max Reiners : Lorsqu’il s’agit de recruter de nouveaux collaborateurs, ces derniers se posent aussi des questions sur l’engagement de leur employeur potentiel, notamment au niveau de la ville. Est-ce que ma famille s’y sentira bien ? Est-ce uniquement une entreprise qui « engage » ou qui « s’engage » ? Lors de nos entretiens en clientèle, ces sujets jouent un rôle de plus en plus important.

Quel est le rapport avec Kofi Annan et son initiative « Global Compact » (Pacte mondial) ?

Max Reiners : J’ai rencontré Kofi Annan en 2010, et il m’a parlé de cette initiative visant à promouvoir les droits de l’homme. Depuis 2011, nous nous engageons à suivre dix principes relatifs aux domaines des droits de l’homme, des droits du travail, de la protection de l’environnement et de la lutte anti-corruption. A cet égard, les pays avec lesquels nous travaillons font l’objet d’une vérification scrupuleuse.

Avez-vous prévu de passer un jour le flambeau à l’un de vos enfants ?

Max Reiners : Oui, en tous cas, je l’espère. Rhenus Lub est et doit rester une entreprise familiale.

Est-il de plus en plus difficile de trouver des spécialistes qualifiés ?

Max Reiners : Le facteur démographique y est pour beaucoup. Il est très difficile de trouver des collaborateurs avec une formation technique et de les convaincre de passer à la vente. Nous recherchons de préférence des ingénieurs, le profil de pur vendeur ne nous intéresse pas.

Que pensez-vous de l’évolution de Mönchengladbach – Minto, Rheydter City, Nordpark, Regiopark ?

Max Reiners : Comparé à il y a 25 ans, Gladbach a connu une évolution très positive. C’est le fruit d’une étroite collaboration. La ville dispose de nombreux atouts pour les entrepreneurs. La sécurité, la propreté et même sin équipe de foot, le Borussia, sont des sujets de première importance. Aussi bien pour l’acquisition de nouveaux clients que pour le recrutement de nouveaux collaborateurs, les « facteurs d’implantation indirects » sont d’une importance capitale.

Quel rôle joue à cet effet le centre commercial Minto ?

Max Reiners : Le centre Minto va permettre, directement et indirectement d’augmenter l’attractivité du centre-ville, de plus,  j’en attends toute une retombée d’effets secondaires.

Selon vous, quels investissements supplémentaires seraient nécessaires pour maintenir la performance de l’industrie à Mönchengladbach ?

Max Reiners : Globalement, nous sommes très satisfaits de l’infrastructure. L’université est et restera un partenaire de premier plan pour notre entreprise. Rhenus Lub s’est lancé dans un nouveau projet, à savoir la construction d’une nouvelle usine de production d’huiles, sur le modèle de notre usine de graisses. Les investissements escomptés pour le nouveau bâtiment se chiffrent en plusieurs dizaines de millions d’euros. La mise en service de cette nouvelle usine entièrement automatisée est prévue pour 2018.

Demain mardi, la lauréate du prix Nobel de la paix Jody Williams sera reçue au KFH, rappelons que vous êtes le parrain du cercle d’initiatives. Pourquoi tant d’entrepreneurs de Mönchengladbach optent-ils pour cette forme d’engagement ?

Max Reiners : Mönchengladbach est, après Lindau, la ville qui a reçu le plus de titulaires du prix Nobel. Nous nous réjouissons d’avoir trouvé en la personne de Peter Schlipköter, directeur de MGMG, un « moteur » aussi engagé pour ce type d’initiative. Cette série de conférences vaut vraiment la peine d’être poursuivie.

A quoi devons-nous nous attendre avec Jody Williams ?

Max Reiners : Cette américaine d’origine italienne est une personnalité très active, aux multiples compétences et au caractère bien trempé. Enfant, elle voulait devenir Pape, ce qui donne une idée de sa pugnacité. En 1997, elle a reçu le prix Nobel de la paix pour son engagement en faveur de l’interdiction des mines antipersonnel.

Le Dr. Max Reiners est le propriétaire de l’entreprise familiale Rhenus Lub située à Mönchengledbach. L’entreprise fabrique des lubrifiants réfrigérants et des graisses lubrifiantes et propose également un service de « Gestion des fluides ». « FluidSafe » est le nom de l’innovation mondiale qui sera présentée demain en avant-première à Stuttgart.