Présent à la salon professionnel KSS de Stuttgart, Rhenus Lub a dévoilé un tout nouveau lubrifiant réfrigérant baptisé rhenus FU 800, un fluide dépourvu d’amines, d’acide borique et de dépôt de formaldéhyde. Selon le fabricant, ce nouveau produit répond aux exigences les plus élevées en matière de protection de la santé et n’est, de plus, soumis à aucune obligation d’étiquetage.

Rhenus Lub a par ailleurs effectué un test très intéressant dans les locaux de la Starrag AG à Mönchengladbach. Le spécialiste des lubrifiants a présenté son nouveau produit sans insister particulièrement sur sa composition si particulière. Dans un premier temps, le client était donc focalisé uniquement sur les performances du lubrifiant. Michael Bleckmann, Head of Manufacturing Starrag Group et responsable de tous les processus d’usinage de Starrag Group, était ravi des résultats : « rhenus FU 800 a satisfait à toutes les exigences en terme de performance. Nous avons constaté d’excellents résultats en matière de rinçage et un bon comportement mousseux. Les espacements de vidange étaient impressionnants. » Bon nombre d’utilisateurs croient encore que pour être performant, un lubrifiant réfrigérant doit obligatoirement contenir des amines et de l’acide borique. Avec rhenus FU 800, cet argument est battu en brèche. Lors de nombreux tests réalisés en conditions réelles, le lubrifiant réfrigérant innovant se serait, en effet, révélé au moins aussi performant que les fluides à base d’amines et d’acide borique. De plus, les tests auraient démontré que rhenus FU 800 était performant dans toutes les opérations d’usinage complexes, et notamment dans l’industrie aéronautique, où de nombreuses pièces sont fraisées dans la masse, de la fonte grise au titane, en passant par l’aluminium. Testé chez 14 clients sur 18 machines différentes, le nouveau lubrifiant réfrigérant n’a, parait-il, jamais atteint ses limites de performance. Pour la formulation innovante de rhenus FU 800, Rhenus Lub s’est fondé sur un principe très simple : éviter à tout prix les risques potentiels.

La sécurité avant tout

Le débat entre scientifiques et développeurs sur les composants et les valeurs limites ne date pas d’hier. Un produit jugé inoffensif aujourd’hui peut être considéré demain comme toxique. En évitant a priori des composants susceptibles d’être un jour sanctionnés par le législateur, les utilisateurs misent sur la sécurité. En fait, toute substance n’entrant pas dans la composition du fluide ne risque pas d’engendrer d’irritation de la peau au autre préjudice dommageable. Certes, la protection des collaborateurs est du ressort de l’employeur. Mais pour Rhenus Lub, elle commence dès l’étape de fabrication de lubrifiants réfrigérants. « Pour nous, la protection au travail s’apparente à une mesure préventive destinée à nos clients opérant dans l’industrie de transformation des métaux », explique Hans-Jürgen Schlindwein, responsable Recherche & Développement pour les lubrifiants réfrigérants chez Rhenus Lub. Le respect des directives en matière de santé, de sécurité et de protection de l’environnement est donc une valeur fermement ancrée dans l’entreprise. Ce respect est garanti par des systèmes de gestion de la qualité et de la sécurité au travail tels que les normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001. « La fabrication de nos lubrifiants réfrigérants tient également compte de ces exigences », atteste Mr. Schlindwein. « Lors de la formulation de rhenus FU 800, nous avons systématiquement écarté tous les composants actuellement sur la sellette. Notre nouveau fluide est l’exemple type d’un lubrifiant réfrigérant innovant réunissant toutes les qualités : sans danger pour la santé, performant, non soumis à l’étiquetage et donc spécialement indiqué pour l’usinage de demain. »

Un nouvel émulsifiant qui réduit la formation de mousse

Selon les chercheurs de Rhenus Lub, la formulation de rhenus FU 800 est unique en son genre. Les spécialistes en lubrifiants réfrigérants de Mönchengladbach ont en effet renoncé systématiquement aux additifs à base d’amines et d’acide borique, ainsi qu’au dépôt de formaldéhyde. De plus, un nouvel émulsifiant, qui mousse moins et possède un bon pouvoir de régénération, a été spécialement développé pour rhenus FU 800. Mais pourquoi renoncer aux composants à base d’amines et d’acide borique ? Hans Jürgen Schlindwein : « La formulation exempte d’amines du lubrifiant réfrigérant évite la formation de dangereuses nitrosamines. L’absence d’amines prévient également la formation d’un composé cancérigène issu des impuretés potentiellement présentes dans les amines. » L’acide borique a été également écarté. Car selon la dernière réglementation européenne, ce composant est suspecté d’être une substance reprotoxique potentiellement mutagène. Le dépôt de formaldéhyde a subi le même sort. L’utilisation de dépôts de formaldéhyde permet de prévenir l’attaque des bactéries. Le formaldéhyde (composant de base du dépôt de formaldéhyde) ayant été classifié catégorie 1B (cancérigène), on peut supposer qu’il en sera de même pour les dépôts de formaldéhyde. « Mais on peut très bien s’en passer », souligne Hans Jürgen Schlindwein. « Indépendamment des obligations et réglementations légales, nous avons trouvé un moyen de remplacer ce composant par de nouvelles recettes ou substances. Et ce, sans augmenter la valeur de pH. » rhenus FU 800 n’est donc pas soumis à l’obligation d’étiquetage. Pour les utilisateurs travaillant dans l’industrie de transformation des métaux, cela engendre des avantages non négligeables. Car l’étiquetage doit être contrôlé et nécessite de former les collaborateurs. Dans certains cas, il impose même des transformations onéreuses au niveau des machines et des équipements. « Pour l’opérateur, opter pour des lubrifiants réfrigérants non soumis à l’obligation d’étiquetage et dont les valeurs de pH garantissent une tolérance cutanée élevée notamment grâce à l’absence d’amines, relève du bon sens », Hans Jürgen Schlindwein en est convaincu.

„Kennzeichnungsfrei in die Zukunft“ NC Fertigung, Heft 06/2015, S. 62-64